Solaire Diffusion

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Remplir le circuit primaire

Imprimer PDF

Voici le mode opératoire que nous avons validé, mais avant, les précautions :

- NE JAMAIS REMPLIR UN CIRCUIT CAPTEURS CHAUDS : vous risquez sérieusement d'endommager le capteur qui est à plus de 200 degrés et reçois du fluide à 20°, la différence de température peut faire lâcher les soudures, le matériel n'est pas garanti pour ce genre d'utilisation ! Pour remplir vos capteurs en journée, il faut les couvrir d'une bâche ou de couvertures. Même s'ils sont encore chauds, en dessous de 100 ou 120°, ce n'est plus critique. La régulation vous permet de vérifier la température des capteurs dans le cas d'une installation en circulation forcée.

- sur un chauffe-eau à circulation forcée, UTILISER UNE REGULATION SOLAIRE OU PROGRAMMER SON AUTOMATE de manière à éviter un redémarrage du circulateur en cours de journée quand les capteurs sont brûlants : mettre une limite pour ne pas redémarrer si le capteur est à plus de 100°  ou 120° par exemple, c'est nécessaire : a partir de 130°, le risque de détériorer le capteur est réel, la garantie produit ne jouera pas. Si les régulations solaires d'ancienne générations étaient préréglées en usine, les nouvelles ne le sont plus tout à fait. Il est nécessaire de lire le manuel et de le suivre à la lettre.

- NE PAS UTILISER UNE MINUTERIE : effectivement, c'est moins cher, mais il suffit d'une panne de courant pour détériorer les capteurs : s'il y a coupure et que le courant électrique revient en plein soleil, le circulateur enverra du liquide froid dans un capteur en stagnation ( en général entre 140 et 203°), les soudures lâchent. Là, c'est plus cher, et comme on a compris, on achète aussi une régulation.

 

Pour remplir son circuit solaire d'un chauffe-eau solaire à circulation forcée (thermosiphon, voir plus bas) sans pompe électrique, mais avec une pompe à vélo :

La technique a été gentiment testée par Sébastien Benoit, de la Brillane, et qui nous a fait ce retour : il était très satisfait de la méthode, qu'il a qualifiée de 'très pratique' et 'idéale'.

J'ai revalidé par la suite à la maison, et dans une installation un peu compliquée ou longue, j'aurais tendance à remplir un peu plus le vase, parce qu'il peut rester pas mal d'air.

- Couvrez les capteurs pour éviter qu'ils ne chauffent lorsque le vase d'expansion est enlevé et n'endommage le circuit (dilatation du glycol causant un montée en flèche de la pression, le point faible du circuit lâchera obligatoirement : la soupape va cracher et tout salir), Dévisser le purgeur situé sur la croix au niveau du panneau.

http://boutique-solaire-diffusion.eu/1417-thickbox_default/kit-raccordement-1-panneau.jpg

- déconnecter le vase d'expansion en démontant le clapet d'isolement ou double clapet Cette pièce que vous avez montée sur le support vase, sert d'intermédiaire entre le vase et le circuit. En la dévissant par le milieu, une partie reste sur le circuit, l'autre sur le vase, chaque partie ayant son clapet fait l'étanchéité de son côté.

- remplissez votre circuit de manière gravitaire, en ayant au préalable pris soin de raccorder votre soupape solaire à un bout de tuyau qui plongera dans un bidon, au cas où la pression monterait dès que vous fermerez, un peu plus tard, le circuit.

Pour remplir plus facilement,vous pouvez aussi utiliser la sortie en vis à vis pour laisser échapper l'air durant le remplissage. Remplir, aller vider la bouteille de dégazage (partie gauche des groupes de transfert 2 voies) au niveau du groupe de transfert, refaites le plein.

http://boutique-solaire-diffusion.eu/1342-thickbox_default/groupe-de-transfert-2-voies-haute-efficacité.jpg

Variante :  ce mode de remplissage est un peu long, l'air peut ressortir aussi par l'orifice de remplissage et générer des éclaboussures.

On peut donc aussi se brancher au niveau du groupe de transfert, en bas à droite, un tuyau d'arrosage que vous remontez un peu plus haut que les panneaux. branchez-vous sur la vanne du bas (utilisée dans ce cas pour remplir, alors qu'avec une pompe, elle est utilisée pour le retour), car si vous utilisez la vanne du haut, le virole du débitmètre empêchera le glycol de descendre et le remplissage ne sera pas pratique. Vous pouvez alors remplir à l'aide d'un entonnoir par le tuyau d'arrosage et vous entendrez l'air sortir par l'orifice du purgeur. Le circuit est plein lorsque le glycol commence à sortir par le purgeur. Maintenez le haut du tuyau à son altitude (prévoir un fil de fer ou un fil électrique pour l'accrocher au support panneau pas exemple) et remontez le purgeur sur la croix, puis descendez fermer la vanne au niveau du groupe de transfert. Redescendez le bidon de glycol préparé à proximité du groupe, retirez le tuyau du téton et plongez le rapidement dans le bidon de glycol le temps qu'il se vide. Vous pouvez alors remonter pour décrocher le tuyau, le redescendre et lancer le circulateur.

 

http://boutique-solaire-diffusion.eu/1417-thickbox_default/kit-raccordement-1-panneau.jpg

- Une fois rempli le circuit, refermez, faites tourner en démarrant le circulateur (c'est facile avec certains modèles,avec d'autres, c'est le moment de vous plonger dans la notice de la régulation et de la station solaire côté circulateur...).  Laissez reposer et vérifiez s'il y a de l'air accumulé soit au niveau du purgeur au niveau de la croix des panneaux, soit au niveau de la bouteille de dégazage de la station solaire (côté chaud, équipée elle aussi d'un purgeur manuel). Purgez, refaites le plein.

- Dévissez la partie du clapet d'isolement restée sur le vase (joint à refaire... dommage) . Démontez le cache noir en bas du vase d'expansion à l'aide d'un tournevis ou d'une lame. Dégonflez le vase complètement.

 

http://boutique-solaire-diffusion.eu/200-thickbox_default/vases-d-expansion-solaires.jpg

Par l'orifice à visser sur le réseau, à l'opposé de la valve d'air, mettez 10 à 15% du volume nominal du vase de glycol. Regonflez à l'aide d'une pompe à vélo jusqu'à ce que le liquide affleure à la sortie de connexion, puis revissez la partie du clapet d'isolement que vous venez de démonter, en faisant l'étanchéité à l'aide d'un ruban de téflon par exemple et revissez le clapet d'isolement (et donc le vase qui y est accroché) sur le support vase. Ce faisant, vous reformez un seul circuit, donc la pression que vous lisez sur le manomètre du groupe de transfert est celle du circuit incluant le vase. En regonflant le vase, vous augmenterez la pression de tout le réseau.

Vissez votre pompe à vélo à la valve du vase et gonflez jusqu'à la pression souhaitée dans le circuit. Cette pression dépend de la spécification du ballon, qui a déterminé le type de soupape : 3 ou 6 bars. Pour 6 bars, le plus fréquent, vous pouvez regonfler à 2.5 ou 3 bars votre circuit. Pour une soupape de 3 bars, situez vous plutôt vers 1.5 bars. Sur les groupes montrés plus haut, la soupape est tarée à 6 bars.

J'ai trouvé un jour une méthode pour calculer la pression théorique du circuit, mais aucune justification. Je n'ai pas compris les raisons qui auraient justifié la méthode de calcul, du coup je reste sur des valeurs qui ont fait leurs preuves. Il est certain que si les panneaux sont à 15 m de haut par rapport au ballon, une pression de 1,5 bars est un peu juste, et le glycol entrera rapidement en ébullition, ce qui n'est pas forcément bon (même si, dans le Sud, la plupart des chauffe-eau solaires dont les panneaux à revêtement sélectif sont à plat sur les toits passent en vapeur l'après midi en été - sauf utilisation de l'anti-stagnation, cf ici- pas très bon mais quasi systématique dans les installation réalisées il y a quelques années par des pros).

Laissez tourner et purgez par le dégazeur. L'air qui circule dans le circuit s'entend. Si le fluide ne circule pas alors qu'il devrait (parce que le circulateur tourne et que le débitmètre indique 0), c'est qu'il y a beaucoup trop d'air dans le circuit ou que les impuretés obstruent le réseau. Si la pression chute significativement lorsque vous purgez, remontez là avec la pompe à vélo. Il se peut que des bulles continuent à circuler dans le circuit pendant quelques temps, passez purger au niveau de la bouteille de dégazage de temps en temps pendant les premier 15 jours, ensuite vous verrez.

Vérifiez aussi que la pression ne diminue pas. Si elle diminue rapidement après le remplissage, cherchez la fuite. D'ailleurs, pendant le premier quart d'heure, en attendant que la bouteille de dégazage se remplisse, faites le tour du circuit avec pinces et clés et resserrez les connexions du panneau au ballon, pensez aussi à enlever la couverture des capteurs. Si la pression diminue le soir mais remonte le lendemain, c'est probablement normal : c'est dû  à la variation de température et c'est la raison pour laquelle on met un vase d'expansion qui absorbe en douceur les dilatations du glycol.

 

D'autres solutions proposées par des clients : avec un pulvérisateur de jardin et une alternative tout aussi ingénieuse ici. Ces solutions ont été utilisées depuis des années par les persoinnes en manque de pompes.

Pour les système en thermosiphon, le principe reste le même :

Remplir par l'orifice du purgeur, démonter le vase, le dégonfler, le remplir de 10 à 15% de son volume de glycol, le regonfler jusqu'à ce que le fluide affleure revisser le clapet, réenclencher dans l'autre clapet sur le support de vase, reprenez la pompe à vélo pour gonfler le circuit.

Variantes : dans les ballon verticaux, il y a parfois une contre-pente dans les dernières spires, ce qui fait qu'au remplissage, de l'air est emprisonné. A faible pression, il occupe le haut de 2 spires du serpentin et peu empêcher complètement la circulation. Le problème disparait quand on gonfle le système à 2 ou 3 bars. Néanmoins, il reste de l'air qui ralentit un peu la circulation naturelle.

Une amélioration est la pose d'une vanne en sortie d'échangeur en bas. La fermer, remplir ( polyane ou bâche au sol obligatoire, faire osciller le ballon comme une toupie en fin de course pour évacuer l'air des spires plongeantes (faites-le mouvement dans un sens de rotation puis dans l'autre).

Variante 2 : mettre la vanne après le Té de piquage du vase et utiliser le double clapet pour chasser l'air à l'aide du robinet, quand l'eau coule en haut de d'échangeur, à un bon débit, les bulles ont été chassées ( la, prévoir une bassine ou un seau pour récupérer l'eau !). Calculer le volume d'eau qu'on a dans le circuit, avec une règle de 3, on arrive à calculer le glycol qu'il faut ajouter : pour 10 l d'eau, il en faut 6,7 de glycol pour être à 40%. Faire le plein du réseau, mettre le reste dans le vase d'expansion (cf ci-dessus pour le remplissage du vase, la remise en pression jusqu'au pas de vis et le remontage du clapet) . Remontez le purgeur et remonter la pression. Laisser tourner une journée pour que le mélange s'homogénéise.Le lendemain, démonter le purgeur, faire sortir par le trou destiné au purgeur la part du vase en trop dans le vase ( si vous avez dû mettre 5 l de glycol dans un vase de 12, où il devrait y avoir 1.2 à 1.8 l de mélange glycolé, faites sortir 3.2 à 3.8 litre d'eau) en le regonflant à la pompe à vélo. Remonter le purgeur, regonfler le vase jusqu'à la pression souhaitée : 2 à 3 bars par exemple.

 

Voilà pour la prose, à vous de jouer !

Vous avez un commentaire ? Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .