Solaire Diffusion

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Les panneaux photovoltaïques

Imprimer PDF

Comment ça marche ?

Bientôt sur cette page, en attendant, je vous propose le guide perseus, il vous donne une approche un peu ancienne de la promotion de l'injection réseau : la situation a beaucoup évolué depuis, mais les panneaux photovoltaïques fonctionnent toujours sur les mêmes principes !

Est-ce que c'est polluant ?

Le panneau à cellule de silicium, c'est du verre, de l'aluminium, un peu d'EVA et de Teddlar (dérivés pétroliers), et encore moins de silicium ( le silicium est à la silice ce que l'aluminium est à l'alumine, en l'occurrence, un produit cristallin, très similaire au verre, avec quelques dépôts de peinture en surface : le seul risque à le manipuler à la main, c'est de le casser et de se couper). Du coup, un panneau photovoltaïque est à mon avis moins polluant que 15 pots de confiture en verre, que l'on jette au recyclage sans se poser trop de questions, 50 canettes pour sa partie alu et un peu de matériel électrique avec peinture à l'argent. Et il sert beaucoup plus longtemps, du moins s'il a été bien choisi.

Pour les panneaux couches minces, c'est un peu différent, certains produits, en très faible quantité sont moins sympathiques, lorsqu'ils se retrouvent en poussière. La société Arena Technologies a travaillé sur le sujet et a développé un procédé pour un recyclage optimal et une récupération des composants rares que contiennent ces panneaux. Et les produits dangereux utilisés par le passé disparaissent des fabrications actuelles (du moins en France).

On donc encore très très très loin des pollutions et risques inhérents aux centrales nucléaires, sauf à considérer que 15 pots de confiture, etc le sont. Pourtant nos politiques ont voté : obligation de recyclage, cotisations à payer... Et pour les centrales, on fait quoi ? Mauvaise question !

Que choisir aujourd'hui ?

Bientôt sur cette page. Un jour, je devais être un peu excédé, j'ai écrit ceci.

La difficulté est effectivement dans ce domaine de savoir à qui se fier, et l'habit ne fait pas le moine, tout comme la taille n'est pas un gage de longévité.

Pour ce qui nous concerne, on n'est pas une multinationale, mais on est parti pour vivre longtemps !!!

Plus sérieusement, si on choisit de bons panneaux photovoltaïque, et si l'installation est bien réalisée, en laissant une bonne lame d'air sous le panneau pour le refroidir et améliorer ainsi son rendement, en général, on a d'excellents résultats. On n'a donc pas retenu pour vous les panneaux les moins chers, mais :

- des panneaux cadrés à monter en apposition toiture (c'est ce que j'ai fait chez moi, il y a 8 ans, et j'en suis content),

- des solutions d'intégration totale avec EDF ENR PWT, ex-photowatt, le fabricant historique français.

Pas encore eu le temps de s'y mettre plus avant, avec une offre européenne.

Et voici pourquoi: dans ce domaine, si l'on veut vous présenter les garanties et disposer des assurances nécessaires à un gestionnaire de société sérieux, il faut passer un temps phénoménal à trouver un assureur. Or l'importateur est considéré actuellement comme le fabricant. Il est donc responsable des éventuels dégâts causés par le produit, charge à lui de se retourner ensuite contre le fabricant. Et contrairement à ce qui est prévu par la loi, même si les produits sont européens et que l'assureur doit s'adresser au fabricant depuis le début des années 1990, il s'arrête souvent à l'importateur. Avoir une législation protectrice, c'est très bien pour le consommateur, mais pas pour le petit distributeur.  Nous recherchons un assureur qui accepte de couvrir une gamme un peu plus large de panneaux et d'accessoires. A l'étranger pour le moment, parce que nous leaders nationaux ne sont pas capables de jauger le risque : trop heureux de prendre des contrats au début de l'aventure photovoltaïque française, ils ont ensuite essuyé les plâtres des panneaux pas chers venus d'ailleurs, des installateurs incompétents et autres. Leurs spécialistes ont planché sur le sujet, plutôt sur une base documentaire, puis sur la base des sinistres. Et comme la législation française évolue, d'une part avec la notion d'EPERS, d'autre part avec la présomption de culpabilité du fabricant (quand on vous dit que la France n'aime pas les entreprises ! ce n'est pas affaire de bord politique, c'est avant tout affaire de législation et de jurisprudence !).

Du coup le dictat est tombé : on n'assure plus les importateurs de photovoltaïque ! Quelle que soit leur expérience, quelle que soit la qualité des produits, exit !

Alors c'est un plaisir de recevoir les appels commerciaux de nos assureurs : s'il vous arrive d'être harcelé, dites leur 'photovoltaïque', ils partent en courant.

Ce qui veut dire aussi que la plupart des distributeurs français créés depuis le début des années photovoltaïques ne disposent pas d'assurance et prennent personnellement des risques (car si leur société n'est pas assurée, c'est le gérant qui fait une faute, il sera appelé en responsabilité, et s'il est solvable...).

Donc une offre française, qui va heureusement s'enrichir : le site Bosch de la région Lyonnaise a été repris par SILLIA, qui bénéficiera du coup d'un renfort d'expertise (car un panneau photovoltaïque et nettement plus complexe sinon à fabriquer du moins à fabriquer durable qu'un panneau thermique, vous l'avez vu sur nos pages d'intro et jusque là, j'étais frileux).

Et je reviendrai alors sur le sujet.